Le prix de la vie

Notre pays souhaite aujourd’hui mieux maîtriser ses dépenses. si l’on peut comprendre la démarche qui consiste à faire sortir la France de cet endettement, il est inconcevable d’imaginer que cette maîtrise des coûts puisse punir les français.

Dans sa folie de contrôle, de budgétisation, l’État a décidé de gérer la santé comme on gère une entreprise, en diminuant les coûts et en essayant de viser la rentabilité !

Nos hôpitaux publique marchent comme des usines, tout est calculé au plus près pour ne pas mettre en porte à faux l’équilibre de nos finances. Certains de nos hôpitaux sont devenus quasiment insalubres, le personnel en nombre clairement insuffisant est à bout de souffle, il est maintenu en otage. Ils sont Partagé entre leur vocation première : Les soins des patients, et leurs besoins primaires : Avoir du repos, une vie de famille, une vie extraprofessionnelle !

Nos hôpitaux sont en vie uniquement grâce à ces soignants qui sacrifient une partie de leur vie, de leur bien-être et de leur santé pour permettre aux malades d’être soigné le plus décemment possible.  Aujourd’hui peu de personnes souhaitent se former pour travailler dans un hôpital, les contraintes sont trop lourdes. On assiste progressivement à une désertion de nos employés hospitaliers, il y a une panne des vocations si bien que nos hôpitaux  sont obligé de se tourner vers les pays étrangers pour trouver de la main-d’œuvre !

Ce phénomène ne touche pas que nos hôpitaux, mais aussi notre campagne ou le mode de vie et la charge de travail est dissuasif pour nos jeune médecins et infirmiers.

Dans la même lignée nous pouvons aussi parler des maisons de retraite (EHPAD). L’état qui se désengage de la santé de plus en plus, a ouvert la porte de la gestion des maisons de retraite au privé.

Les EHPAD privés sont à double financement, d’un côté l’État paye pour les soins selon la dépendance du résident, de l’autre côté, le résident (où sa famille) paye les frais  » d’hostellerie  » et l’ensemble est géré par des organismes privés.

D’après vous quel est l’intérêt de ces sociétés privées ? les soins des patients ou le financier ? Si un groupe privé sous la poigne d’actionnaires gère ces EHPAD vous vous doutez bien que leur seul intérêt soit financier.

Dans ces établissements, les pensionnés sont traités comme des sous-hommes, Oh non, ce n’est pas le personnel qui est fautif, lui est pris en otage par sa direction. Ce personnel est formé pour donner des soins dignes de la personne, il est consciencieux, et ne souhaite que le bonheur des résidents. Mais  en sous-effectif, il ne peut assurer la dignité des personnes dont il a la charge.

Les EHPAD privés ne respectent pas la vie des résidents mais en plus ils poussent les soignant à agir contre leurs principes. Ils ne peuvent pas craquer, ils ne peuvent pas être malades, s’ils le sont, ils laissent derrière eux des personnes dépendantes sans aide. Vous imaginez vous ce qu’endurent ses soignants ? cette pression constante, ce stress permanent, cette tristesse en rentrant chez soi le soir quand ils se disent je suis un monstre, je dois faire subir ces traitements à des êtres humain,je n’ai pas le choix, pas le temps pour faire autrement, je ne peux pas changer d’emploi au risque de faire payer cela à mes collègues qui seront encore plus débordés et  ces résidents seront encore moins bien traitées.
j’ai envie de vous dire,merci à vous de vous accrocher, merci à vous de sacrifier une partie de vous, vous ne le faites pas pour votre personne mais pour des êtres humains.Vous n’y Êtes pas obligé mais vous avez grand cœur et  pour cela merci.

 

Connaissez-vous la loi de la bioéthique ? savez-vous ce que signifie ce mot ?

BIO : Le corps,  ÉTHIQUE : Morale, valeurs et règles de conduite de notre société.

La France est précurseur dans la bioéthique, il est interdit de vendre de l’humain, que ce soient des organes, du sang, des ovules… Pourtant aujourd’hui elle livre des êtres humains à des organismes privés à but lucratif qui n’a que seul but de dégager du bénéfice avec nos anciens !

Comment dans l’avenir seront  gérés nos anciens dont le nombre va augmenter ? si aujourd’hui il n’y a que peu de vocation en gériatrie comment cela se passera-il demain ? Dans le futur, c’est nous qui remplirons peut-être ces Ephad, voulons-nous-nous aussi subir ce même traitement ?

Si notre pays continue à considérer que la vie n’est qu’un coût et non une nécessite, il perd toute sa morale , ses valeurs qui font sa grandeur et il entraîne avec lui tous ses citoyens !

 

Steve berna le 15/10/2018 Tous droits réservés.

Mes écrits m’appartiennent, si j’écris c’est pour partager mes pensées. Pour le respect de mon travail, merci de ne pas faire de copie de ce texte sans citer la source ou sans transférer le lien vers mon blog.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s