Le mouton noir

moutons

 

J’ai fui le troupeau, j’ai trouvé la clef pour ouvrir l’enclos et aujourd’hui je suis libre.
J’ai la clef du verrou, je peux entrer et sortir à ma guise !

De loin sur la colline je vous observe, je peux voir que quelques gros moutons se sont mis à l’écart.
Ils ont pris la meilleure place, chez eux l’herbe est abondante.
Autour de leur coin, ils ont érigé des barrières faites de barbelés.
Je vous vois les regarder, les envier mais vous ne pouvez pas entrer sur leur parcelle.
Ils vous font planter leur herbe, vous font fabriquer leurs abris luxueux.
Leur coin est bien trop grand pour eux, ils ont plus d’herbe qu’il ne leur en faut.
Mais à chaque jour qui passe, ils agrandissent inlassablement leur secteur en réduisant le vôtre.

Dans votre partie de l’enclos, il n’y a que très peu d’herbe, pas assez pour tous, la terre est aride et pleine de rochers.
Alors pour vous nourrir, vous les servez, vous les aidez à agrandir leur partie et en échange, ils vous offrent un peu de leur foin. Ils ont les pleins pouvoir, ils vous dirigent, vous font payer des impôts pour s’enrichir et ainsi toujours, ils agrandissent leur parcelle.

De l’extérieur, je vous vois et je ne comprends pas.
Il y a tellement de collines,d’herbe verte et de soleil.
j’y suis libre de cultiver moi-même mon herbe.
Oh non pas plus que nécessaire, juste suffisamment pour vivre et être heureux.

Je reviens de temps en temps vous rendre visite.
mais vous ne me comprenez pas.
J’entends régulièrement : »Pourquoi sortir du troupeau, ici il y a de l’herbe, ici nous sommes unis et tu as tout ce qu’il te faut ! »
Et puis vous me regardez comme un intrus, le mouton noir.
J’ai beau essayer de vous rendre votre raison en vous expliquant que dehors tout est beau, le monde est à vous.
Vous pourriez être libre mais inlassablement vous regardez vers vos semblables et vous me tournez le dos.
Je ne suis pas différent de vous, je suis comme vous, j’ai simplement la clef, celle qui me donne ma liberté.

Je me rappel un jour d’été en 1789, où nous avions franchi les barbelés.
Ce jour-là nous nous sommes réappropriée la terre et l’herbe de notre enclos, celle qui nous appartient de droit, l’enclos est à tous !
Aujourd’hui vous êtes face à ces barbelés croyant pouvoir y entrer pour vous aussi avoir un peu d’herbe fraîche mais ce n’est qu’illusion.
Alors, de plus en plus d’entre vous construisent eux aussi leur petit coin dans ce qui reste d’espace.
Ils y mettent des barbelés et eux aussi veulent faire comme les gros moutons.
Eux aussi veulent toujours agrandir leur coin et avoir plus d’herbe que nécessaire.
De plus en plus, c’est l’individualisme qui prime sur le bien-être du troupeau.

Et moi de loin je vous regarde vous faire la guerre et vous détruire progressivement par la pollution.
Par votre mode de vie, vous détruisez aussi la nature en dehors de votre enclos, et donc vous me détruisez.
La liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence, pourriez-vous arrêter de me priver de ma liberté?
Pourriez-vous arrêter de détruire mon monde ?

 

Steve berna le 25/10/2018 Tous droits réservés.

Mes écrits m’appartiennent, si j’écris c’est pour partager mes pensées. Pour le respect de mon travail, merci de ne pas faire de copie de ce texte sans citer la source ou sans transférer le lien de mon blog. 

 

Une réflexion sur “Le mouton noir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s